Hyperphagie boulimique : Trouble du Comportement Alimentaire (TCA)

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Dans cet article, vous allez découvrir ce qu’est l’hyperphagie boulimique. Au même titre que l’anorexie ou la boulimie, il s’agit d’un Trouble du Comportement Alimentaire (TCA).

Expression d’un mal-être psychologique, il demande une prise en charge immédiate pour ne pas laisser les symptômes s’aggraver.

Hyperphagie boulimique : Trouble du Comportement Alimentaire (TCA)

Manger de manière compulsive et excessive : l’hyperphagie boulimique

L’hyperphagie boulimique se manifeste par des crises, plus ou moins fréquentes et intenses, durant lesquelles s’exprime un besoin irrépressible de manger.

La nourriture est ingurgitée sans proportion gardée, dans de très grandes quantités. La sensation de faim n’entre pas en ligne de compte, et la satiété n’est pas ressentie. Ce sont des pulsions qui régissent le fait de manger. Il ne s’agit en aucun cas d’un manque de volonté face à la nourriture.

L’hyperphagie boulimique se distingue de la boulimie par le fait qu’elle ne s’accompagne pas de phénomènes de compensation, par exemple le fait de se faire vomir ou de prendre des laxatifs.

Il est fréquent que l’hyperphagie boulimique engendre du surpoids, pouvant aller jusqu’à de l’obésité.

Un sentiment de honte accompagne souvent les hyperphages, qui peuvent s’isoler et prendre leur repas seul pour fuir le regard d’autrui.

L’hyperphagie boulimique revient souvent à manger jusqu’à se sentir plein. Inconsciemment, l’hyperphage boulimique cherche à combler un vide.

Trouble du Comportement Alimentaire : prévenir et gérer les crises

Un trouble du comportement alimentaire demande à être traité dès qu’il se manifeste. Sans quoi, la situation ne peut aller qu’en s’aggravant.

Plusieurs mesures peuvent être prises pour espacer les crises, les faire baisser en intensité, jusqu’à la pleine guérison.

Ne pas nier son TCA, en prendre conscience et se renseigner sur la pathologie sont des prémices indispensables pour pouvoir aller mieux.

Une fois cette prise de conscience effectuée, il est important de déterminer les causes de sa pathologie pour pouvoir la guérir. Celles-ci ne sont pas toujours faciles à identifier et une thérapie peut être d’un grand secours.

Prêter attention au contenu de son assiette est un moyen simple de limiter les effets néfastes des abus alimentaires. En faisant ses courses, il s’agit d’éviter les produits gras et sucrés, source de dépendance et d’état de manque.

Il faut au contraire favoriser les aliments sains et cuisiner par soi-même autant que possible plutôt que de choisir des produits manufacturés, prêts à consommer.

La façon de manger a aussi une incidence. L’hyperphage a tendance à manger très vite. Cela a une incidence directe sur la digestion, qui peut mal s’effectuer, et sur l’absence de sentiment de satiété. S’efforcer de ralentir le rythme peut aider le cerveau à vouloir stopper le repas.

Le mal-être manifesté par les crises d’hyperphagie boulimique s’accompagne d’une faible estime de soi, d’une angoisse sourde et d’un grand stress. Ces symptômes montrent que le diaphragme des hyperphages est bloqué. C’est souvent le cas face à un choc émotionnel, qui dérègle la respiration.

Faire appel à un coach en respiration permet de régler son souffle. Il propose des exercices adaptés pour normaliser la respiration, libérer le diaphragme et se détendre.

Un diaphragme détendu permet de faire refluer l’hyperphagie boulimique. Les exercices sont accessibles à tous et peuvent être pratiqués en cas de crise ou en prévention.


Lisez aussi:

Grossesse : vomir après manger quand on est enceinte

Hyperphagie : comment arrêter et s’en sortir avec le yoga ?