Hyperphagie hédonique : trop manger par gourmandise

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Dans cet article, vous allez découvrir ce qu’est l’hyperphagie hédonique et comment réagir face à elle. Cette pathologie naît du lien entre alimentation et plaisir, qui est recherché à l’extrême, pour compenser un mal-être profond.

L’hyperphagie hédonique est un trouble du comportement alimentaire (TCA), qu’il faut considérer et ne pas laisser s’aggraver.

Hyperphagie hédonique : trop manger par gourmandise

L’hyperphagie hédonique ou la recherche du plaisir grâce à l’alimentation

Manger répond à un besoin vital. Mais c’est aussi l’occasion de découvrir des saveurs variées, et un moment propice à la convivialité. Tous deux sont sources de plaisir.

Cette notion de plaisir est recherchée par les hyperphages hédoniques. Ce plaisir alimentaire devient addictif, et les quantités consommées prennent des proportions surdimensionnées.

L’hyperphagie alimentaire se caractérise en effet par le fait de manger de grosses quantités, lors de crises qui peuvent être fréquentes.

Cette recherche permanente du plaisir couvre un mal-être profond. Une fragilisation psychologique, émotionnelle, s’exprime souvent ainsi.

C’est donc un choc émotionnel qui a engendré une baisse de l’estime de soi, de l’angoisse, du stress, une frustration, qui est souvent à l’origine de l’hyperphagie. Le déclencheur exact n’est pas toujours facile à identifier. Il est souvent refoulé dans l’inconscient.

Toutefois, il est possible de réussir à lutter contre ses pulsions d’hyperphagie hédonique.

Plaisir de manger : la solution pour sortir de l’addiction

Prendre du plaisir en mangeant est un phénomène qui peut rendre addict. Le cerveau mémorise la sensation agréable vécue en mangeant certains aliments, qui lui apportent du réconfort, de l’apaisement.

Dans le cas de l’hyperphagie hédonique, c’est ce réconfort, cette envie d’aller mieux qui est recherchée inconsciemment.

Les envies arrivent par pulsions. Lors de crises, il est impossible de résister à la tentation de manger. Il faut donc agir avant qu’une crise ne survienne pour les rendre moins intenses, les espacer jusqu’à les faire cesser complètement.

Comprendre l’hyperphagie hédonique et l’accepter est la première chose à faire pour prendre la voie de la guérison.

Faire un travail sur soi pour en déterminer l’origine, comprendre ses causes, permet de mieux l’appréhender pour mieux la surmonter. Se faire aider, notamment par le biais d’une thérapie, est recommandé.

Limiter la présence d’aliments tentants chez soi est une première étape qui peut être mise en œuvre. Il s’agit le plus souvent d’aliments gras, salés et sucrés : chips, biscuits apéritifs, bonbons, chocolat, pâte à tartiner, plats prêts à consommer…

Bien respirer est aussi une solution à considérer. C’est la clé pour se sentir mieux physiquement et psychologiquement. Car l’hyperphagie, le surpoids, le mal-être, les chocs émotionnels finissent par impacter l’organisme avec un diaphragme bloqué.

La respiration se saccade, l’organisme est mal oxygéné, et les maux s’accentuent, dans un cercle vicieux.

Avec l’aide d’un coach en respiration, il est possible de retrouver le rythme optimal de son souffle et de retrouver un diaphragme libéré. La procédure est entièrement naturelle, il suffit de réaliser quelques exercices respiratoires adaptés.

Cette solution présente des résultats rapides. Elle peut être mise en œuvre pour traiter l’hyperphagie hédonique mais aussi de manière préventive, lorsque les prémices d’une crise se font sentir.


Lisez aussi:

Hyperphagie : comment arrêter et s’en sortir avec le yoga ?

Hyperphagie nocturne : est-ce que l’hypnose est efficace ?